Pays de Savoie

PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs

PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs

PUBLIE LE 24/10/2022 par Auriana Castro - 7216 vues

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire était en déplacement en Haute-Savoie. Difficultés du métier, peurs et contraintes, les agriculteurs ont montré les différentes facettes de leur profession.

  • PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs

    © H2O | Auriana Castro
    Lundi 24 octobre 2022, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a visité l’exploitation agricole des 4 Seullis, à Manigod.

  • PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs

    © H2O
    L’élevage compte 50 vaches laitières et 50 génisses.

  • PAYS DE SAVOIE | Loup et brucellose, le ministre de l’agriculture a affirmé son soutien aux éleveurs

    © H2O
    Face à d’éventuelles attaques de loups, en période d’alpage, les veaux ne restent plus avec leurs mères, par précaution.

« Deux épées de Damoclès pèsent au-dessus de la tête des agriculteurs »

En déplacement en Haute-Savoie, ce lundi 24 octobre 2022, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a visité l’exploitation agricole des 4 Seullis, à Manigod.
Accueilli par les éleveurs et les élus locaux, le ministre a fait le tour de l’exploitation laitière guidé par ses propriétaires.
Rapidement, la discussion se tourne vers les difficultés que rencontre la profession. Sècheresse, conditions de travail mais aussi évidemment brucellose et prédation du loup.
Pour le ministre, « deux épées de Damoclès ».
Murielle Burgat Chavillon et son mari s’occupent de leur élevage depuis vingt ans. Aujourd’hui, la prédation du loup et la menace de la brucellose les épuisent moralement. L’agricultrice confie : « Cet été, il y a des nuits où on ne fermait pas les yeux. C’est notre vie, 365 jours par an, on ne fait que ça. Le stresse est invivable, parce qu’on aime nos bêtes. J’aime mes génisses, je les élève toutes depuis qu’elles sont veaux. Cet été, j’étais malade à l’idée d’en manquer une. »
Face aux témoignages, Marc Fesneau s’est montré à l’écoute et aux côtés de la profession.

« Le bouquetin est une espèce protégée pas menacée. » Marc Fesneau

Sur la question très controversée de la brucellose et de l’abattage des bouquetins, le ministre a pris la parole. « Si on laisse de façon régulière trainer la brucellose, ça peut contaminer d’autres zones et à terme, toute une filière risque de disparaitre. » Pour le ministre, l’éradication de cette maladie, doit « être un mix », passer à la fois par des opérations de captures et de tests, et par des abattages. Des abattages comme il y’en a eu le 17 et 18 octobre 2022 dans le massif du Bargy. Sur décision du préfet, 61 bouquetins ont été abattus sur un maximum de 75 fixés par Yves Le Breton, préfet de la Haute-Savoie. Si la préfecture décide de lancer un nouvel abattage, 14 bouquetins non marqués et non testés pourraient encore être abattus. 8 associations environnementales ont déposé un recours pour suspendre cet arrêté. Interrogé sur la question, le ministre répond : « Le bouquetin est une espèce protégée pas menacée. Vous en avez 9.000 exemplaires, si vous permettez l’expression. La question n’est pas plus ou moins 14. » Pour le ministre de l’agriculture, tant qu’un risque de contamination existe, les élevages sont mis en danger, et par extension, la santé de toutes et tous : « La brucellose est une maladie transmissible à l’Homme, d’abord aux éleveurs, et qui a des conséquences lourdes. Les mesures sont proportionnées au risque. C’est une question de responsabilité, j’essaie de ne pas agir sur le coup de l’émotion. »

Un autre sujet, où l’émotion est grande : le loup.

« Chaque jour cet été, on peut dire qu’on a perdu un mouton sur tous les élevages [de] la commune. Tous les jours, on se bat. »

Corentin Josserand, jeune agriculteur et président du syndicat agricole de la commune parle de son métier avec beaucoup de passion, et pourtant, les difficultés sont nombreuses. Cette visite était pour l’agriculteur un moyen d’échanger et de montrer les contraintes du métier au ministre. « Il va falloir avancer. Tous les jours on se bat avec ces sujets-là. » L’éleveur poursuit : « Chaque jour, cet été, on peut dire qu’on a perdu un moutin sur tous les élevages qu’on a dans la commune. Certains sont descendus plus tôt des alpages, d’autres s’en privent alors que c’était une passion. On est 25 fermes sur Manigod, on a envie de poursuivre cette tradition, de continuer et d’en vivre. On demande que ça agisse en haut. » Mais Corentin Josserand le reconnait, ces questions soulèvent des enjeux importants, mêlant politique, économie, environnement et agriculture, alors trouver un accord s’avère particulièrement difficile. Et ce n’est pas le ministre de l’agriculture qui le contredit… Pour Marc Fesneau, tout l’enjeu est de trouver « un équilibre ». Il explique : « Il y a plus de 55 départements où la présence du loup est avérée. Aujourd’hui, ce qui me parait plus menacé c’est l’activité de pastoralisme et d’élevage, pas le loup. Il faut mesurer la détresse psychologique dans laquelle on met un éleveur. » Il poursuit : « Ce n’est pas la question d’indemnisations, c’est la question d’un modèle qui ne pourra pas tenir s’il est en permanence sous la contrainte de la prédation du loup. Il faut apaiser le débat et trouver, là aussi, la voie vers un équilibre. »
Et pour trouver cet équilibre, le gouvernement travaille sur un futur plan loup, qui sera mis en place en 2024, le dernier plan loup devant être renouvelé.
Se pose la question du comptage de la population, souvent objet de débats entre associations environnementales et éleveurs. Au niveau départemental, la nouvelle méthode de comptage des loups a bien démarré, mais pour l’heure, Marie Louise Donzel Gonet, conseillère départementale, chargée de la délégation agriculture, forêt et alimentation, confie qu’il n’y a pas encore de chiffre à communiquer.



Sons liés à cet article

Ecoutez le reportage d'Auriana Castro : 


AutreS actualités pour Pays de Savoie :

PAYS DE SAVOIE | Concours « 4S Semeur d’Innovation » : les lauréats sont connus

Le 27 Juin 2023

Clap de fin pour la deuxième édition du concours du Crédit mutuel pour valoriser des projets innovants sur le territoire. Vendredi 23 juin 2023, les quatre lauréats ont été annoncés, après la présentation des projets des 10 finalistes.

H2O

PAYS DE SAVOIE | Le Crédit Mutuel lance la deuxième édition de son concours pour soutenir des projets innovants

Le 15 Mars 2023

Le Crédit mutuel lance la deuxième édition de son concours pour valoriser des projets innovants sur notre territoire. Il se nomme "4S semeur d’innovation" et propose d’accompagner des entrepreneurs. Antonia Coquelin, en charge de l’innovation au Crédit mutuel Savoie Mont Blanc, nous explique l’objectif de ce concours.

 

H2O

PAYS DE SAVOIE | Le divorce du Conseil Savoie Mont Blanc est acté, mais "le dialogue continue"

Le 24 Février 2023

L’instance de coopération réunissant la Savoie et la Haute-Savoie, a fait évoluer ses statuts ce mercredi 22 février à Chambéry. Le Conseil n’exercera plus aucune action en matière économique, agricole, forestière, culturelle (sauf la culture publique) et patrimoniale. L’ancienne coopération “n’est plus adaptée” selon Martial Saddier.

H2O

FOOTBALL | Vivez le 16ème de final de Coupe de France Belfort – Annecy sur H2O

Le 21 Janvier 2023

La dernière fois que le FC Annecy a joué un 16ème de finale de la Coupe de France, c'était en 1991. Annecy était alors entraînée par Guy Stéphan.

H2O

PAYS DE SAVOIE | La belle aventure continue pour les salaisons Mont-Charvin

Le 21 Octobre 2022

Avec un tout nouvel espace de vente et site de production, les salaisons Mont Charvin s’installent à Gilly-sur-Isère en Savoie.
Fondée en 1989, la PME produit des charcuteries artisanales de qualité et locales. Christian Favre, responsable des salaisons Mont-Charvin y tient : « Nos produits c’est ce que l’on donne à manger à nos enfants ».

H2O

PAYS DE SAVOIE | Octobre rose : quand le dépistage sauve des vies

Le 14 Octobre 2022

Au cours de sa vie, près d’une femme sur 8 développe un cancer du sein. * Encore aujourd’hui, la maladie est la première cause de décès par cancer pour les femmes. Pourtant, détecté tôt, le cancer du sein se guérit dans 9 cas sur 10. Ce dépistage est, depuis 20 ans, le combat du Comité Féminin des Savoie pour la prévention et le dépistage du cancer du sein.

H2O

PAYS DE SAVOIE | Premier vol pour deux nouveaux hélicoptères Dragon 74

Le 12 Juillet 2022

La flotte Dragon de la base de Sécurité Civile d’Annecy à accueillie deux nouveaux hélicoptères de nouvelle génération (H145), mis en service opérationnel ce lundi 11 juillet 2022. Ces nouveaux modèles livrés par Airbus Helicopters sont maintenant beaucoup plus performants.

H2O

PAYS DE SAVOIE | Le mot « monchû » entre dans le dictionnaire Larousse

Le 17 Mai 2022

Le mot « monchû » va faire son entrée dans le dictionnaire Larousse. Il a donc maintenant une définition officielle :

H2O

PAYS DE SAVOIE | Un appel à projet pour soutenir l’innovation

Le 07 Avril 2022

Le Crédit Mutuel a lancé la deuxième édition d’un appel à projet pour supporter l’innovation : « Les 4S d’innovation ».

H2O

PAYS DE SAVOIE | Dragon 74 sort 6 fois ce dimanche

Le 01 Mars 2021

Six interventions et à chaque fois une évacuation à l’hôpital. L’hélicoptère de la sécurité civile n’a pas manqué d’activité ce dimanche en Savoie et Haute-Savoie.

H2O
1