H2O RADIO

CHOISISSEZ VOTRE LOCALISATION




J'accepte l'utilisation des cookies.
Mentions légales et politique de confidentialité.

Faverges-Seythenex

FAVERGES-SEYTHENEX | La Sambuy en question : « La solution consistait à cacher la merde du chat ! »

FAVERGES-SEYTHENEX | La Sambuy en question : « La solution consistait à cacher la merde du chat ! »

PUBLIE LE 14/01/2021 par Mathieu Hutin - 8860 vues

Un copieux menu pour la nouvelle année !

La presse avait été invitée en masse au premier conseil de l’année 2021, ce qui n’est plus systématique dans la commune. Il faut dire que l’ordre du jour comportait 13 points, et non des moindres parmi lesquels l’Installation d’un conseiller municipal à la suite d’une démission, la présentation d’un audit financier, le vote du nouveau règlement intérieur du conseil municipal, la dénonciation de la convention d’entente (financement sports et culture) et un point sur la centrale photovoltaïque.

Après avoir adopté le compte-rendu du précédent conseil municipal, le maire Jacques Dalex a présenté ses vœux aux conseillers municipaux et au public présent dans un discours d’une quinzaine de minutes.

« On commence cette année dans la difficulté sanitaire et la difficulté économique. Les recettes fiscales venant des entreprises seront en baisse de 475 000 €. » selon les informations toutes fraîches venant des services des finances publiques du territoire et rapportées par le maire.

« Cela fait maintenant 6 mois que nous avons été élus et que nous sommes au travail. Nous allons pouvoir faire un point d’étape. La situation que nous avons trouvée est très difficile, difficile mais pas catastrophique. Ces dernières années ont été le théâtre d’un grand laisser-aller. On sera amenés à faire des choix pour retrouver un fonctionnement normal. Voiries, réseaux d’eaux et beaucoup d’autres choses ont gravement été délaissés. »

Le maire Jacques DALEX s’embarque alors dans une analyse politique de la situation aux Etats-Unis, visiblement marqué par les récents évènements.

« Nous sommes des représentants de la démocratie locale et ce qui s’est passé aux Etats-Unis doit nous faire réfléchir. Cette démocratie peut être en danger et elle doit être défendue. Je veux que vous soyez attentifs à défendre la démocratie. Il nous faut être vigilants » martèle l’élu.

« L’année qui se présente pour la commune s’annonce comme compliquée et il faudra répondre présents sur le domaine social. Il faudra également aider le domaine associatif. » Le maire Jacques Dalex considère que : « l’environnement et l’écologie c’est également important. On ne doit jamais oublier que nous sommes au service de la population et que nous devons défendre la démocratie. » Il termine par remercier les élus pour leur travail et leur souhaite une bonne année. »

Le conseil a ensuite installé un nouveau conseiller municipal en la personne de Yves Crepel, après la démission de Marie-Pierre Jaussaud dans le groupe Rassembler et agir pour Faverges-Seythenex.

Culture, argent & punchline !

La suite du conseil nous amène à nous demander si la nouvelle majorité avait une boule de cristal lors de la campagne. Si les candidats n’avaient pas caché leur crainte de « ne pas savoir sur quoi ils allaient tomber sur le financier ». Ils avaient pointé du doigt La Forge, la Sambuy et le train de vie de la commune. Ce mercredi soir, ce sont ces nouveaux élus qui se sont fait présenter des chiffres épinglant… La Forge, la Sambuy et le train de vie de la commune. (NDLR)

Le cabinet Stratorial, représenté par Adel Karmous et Jean-Pierre Coblentz a donc présenté une analyse financière sur la période 2014-2020, commandée par la commune. « Le contexte à venir sera compliqué avec les conséquences économiques de la crise de la covid 19 mais aussi avec la perte de la taxe d’habitation » prévient d’emblée Jean-Pierre Coblentz.

Après avoir expliqué que la population reste stable, le prestataire explique aux élus la notion d’épargne brute. Le montant qui détermine la capacité d’autofinancement et la capacité de la commune à rembourser les emprunts. La somme correspond à la différence entre les recettes et les dépenses.

En 2020 (sur la base du budget prévisionnel), la commune de Faverges-Seythenex compte 12 378 000€ de recettes pour 10 691 000 € de dépense, soit une épargne brute de 1 687 000 € sur l’année passée. Mais le comparatif depuis 2014 démontre que cette épargne brute a tendance à décroitre.

La commune assume 5 107 000 € de charges de personnel, 3 309 000 € de charges générales et 1 644 000 € de charges de gestion courante (comprenant notamment les subventions aux associations ou encore le budget de la Sambuy). A cela s’ajoute 475 000 € de péréquation horizontale. C’est un fond national qui selon les communes, constitue une charge ou une provision d’argent. Enfin, la commune compte 130 000 € de charges d’intérêts.

Dans un silence de cathédral devant des élus soit concentrés, soit perdus, le cabinet Stratorial poursuit. « Il n’y a pas de possibilité d’évolution des recettes et une évolution de la dette est à prévoir. » L’épargne brute de la commune s’est dégradée considérablement au cours des deux premières années de la commune nouvelle avant de se redresser à partir de 2018. En 2015, l’épargne brute s’élevait à 2 309 000 € alors qu’elle fond comme neige au soleil en 2016 à seulement 1 551 000 €. En pourcentage, cela donne un taux de 13,6% en 2020 pour 18,2 % en 2014.

Selon Stratorial, la politique culturelle a couté entre 600 000 et 800 000 € dans les charges à caractère général en 2019. Le cabinet alerte ensuite sur le fait que la progression des recettes n’est pas aussi rapide que celle des dépenses. Pour le cabinet, il va falloir freiner certaines politiques pour réduire la diminution de l’épargne brute et permettre un maintien des capacités d’investissement.

« Ça veut dire qu’on doit vendre la Sambuy ? »

Le cabinet explique ensuite que la station de la Sambuy a couté depuis sa reprise en 2016 : 450 000 € en 2016, 300 000 € en 2017, 290 000 en 2018, 320 000 € en 2019 et 320 000 € en 2020. Ces sommes, ont été reportées sous forme de subvention de la commune au budget annexe de la Sambuy pour l’équilibrer, ce qui, selon le cabinet, n’aurait rien solutionné car « on a vidé la tirelire. »

Avec des résultats d’exploitation négatifs ( - 161 394 € en 2017, - 77 405 € en 2018, -162 044 € en 2019 et – 159 926 € en 2020), les excédents du budget ont absorbé les déficits annuels. Selon le cabinet, il ne resterait qu’environ 12 000 € des excédents précédents. La question de mettre en gestion la Sambuy est directement proposée par le cabinet.

Quelques élus demandent des précisions ou des confirmations de ce qui a été présenté. Parmi eux, Agnès Ballieu : « Il faudrait la vendre ? » Le cabinet Stratorial précise et rassure : « Non, il s’agirait plus d’une DSP. – Une délégation de service public » précise Jacque Dalex. Le maire poursuit la conclusion, lapidaire sur le fond, s’exprimant avec son flegme coutumier : « La solution consistait à cacher la merde du chat. Il n’y a aucune capacité pour les investissements futurs, notamment un nouveau télésiège. Comment investir alors qu’incapables d’équilibrer le budget. »

Une autre élue demande : « Comment le cabinet qualifie la situation ? Sans langue de bois ! La Situation n’est pas catastrophique mais il va falloir avoir la meilleure productivité possible. Sans choix, dans 5 à 10 ans, la qualité des services publics se sera réellement dégradée. Il y a une capacité de désendettement. »

Dalex de reprendre : « Si les délires de la Forge avaient été poursuivis, on était dans le mur en 3 ou 4 ans. Heureusement que la démocratie nous a sauvé. Et en plus, on a vendu les bijoux de familles (les appartements de Viuz etc…) »

Le maire de Faverges-Seythenex répète et enfonce le clou : « Il y aura de la vigilance sur toutes les dépenses. Elles sont désormais toutes visées par les élus. Mais on n’est pas encore assez attentifs. »

Le maire adjoint à la culture Philippe Strappazzon conclue et rassure, comme si tout le monde avait compris qu’on ne pourrait plus rien faire : « On était sur une pente glissante. On fera des choses, on les fera du mieux possible avec les énergies positives. »

Le contribuable favergiens peut désormais en être certain, les investissements communaux (nombre de projets et ambitions) ainsi que l’offre culturelle et événementielle vont considérablement s’en ressentir. Le conseil finira par applaudir le cabinet, dont le travail est salué par le maire.

« Une convention de mésentente ? »

Fraîchement installé au conseil, Yves Crepel demandera des comptes à propos de la dénonciation de la convention d’entente avec les communes voisines. C’est la convention qui détermine le financement des associations sportives et culturelles.

Jacques Dalex décrit une situation de « Marchands de tapis » avec à un moment les habitants extérieurs à la commune qui payaient plus cher, parlant même de convention de mésentente. « Les compétences de la communauté de commune pourront peut-être s’étendre ? annonce le maire de Faverges-Seythenex mais aussi Président de la CCSLA.

Yves Crepel de poursuivre en demandant le montant perçu grâce à cette convention. La commune s’assoit sur 83 000 € de perte selon son maire qui se justifie en expliquant créer une dynamique et partir sur des bases nouvelles : « C’est une aberration de faire des conventions de ce style-là alors qu’on a une intercommunalité. »

Yves Crepel ne l’entends décidément pas de cette oreille-là : « Les compétences ne sont pas à la com com, ça va prendre un an. » Le conseiller d’opposition exprime une crainte des associations sportives quant à leurs financements.

Dalex d’avoir le dernier mot : « On a un projet. On va refaire voter les statuts de l’intercommunalité. Les autres communes nous disent que l’école de musique et la Soierie continueront d’être financées comme avant. Cette convention ne permettait que de financer les équipements et pas le fonctionnement des associations. » Le vote recueillera tout de même 3 abstentions.

Pour terminer, Jeannie Tremblay est intervenue sur l’état d’avancement de la centrale photovoltaïque, dénonçant un partenariat privé/publique au désavantage de la commune. Jacques Dalex clôt les débats : « C’était trop tard pour faire marche arrière et les pénalités auraient été trop importantes mais si on avait dû développer ce projet, on l’aurait fait de façon tout à fait différente. »



AutreS actualités pour Faverges-Seythenex :

VAL DE TAMIÉ | Découverte du nouvel Explor Games « Menaces dans l’air ! »

Le 18 Juillet 2022

Un nouveau Explor Games a été inauguré au Val de Tamié jeudi 7 juillet. Sous l’appellation « Menaces dans l’air ! », cette aventure familiale permet de résoudre une enquête : retrouver et arrêter un Grand loup, qui serait de retour, et qui terrorise les hommes et les animaux.

H2O

FAVERGES-SEYTHENEX | Le chanteur de Sinsémilia dénonce un nouveau mensonge du maire Jacques Dalex

Le 05 Juillet 2022

« C’est comme l’autre qui démissionne parce que je dis non à un concert de 60 000 € pour faire plaisir à des copains. » C’est la petite phrase prononcée par le maire de Faverges-Seythenex Jacques Dalex le 15 juin dernier, à l’issue de la longue interview qu’il nous a accordé au sujet de l’avenir de la Sambuy. 

H2O

FAVERGES-SEYTHENEX | Grandes ambitions, grands résultats pour Accro2gym

Le 30 Juin 2022

C’est en 2009 que Karine Gaillard a fondé son association : Accro2gym. Basé à Faverges, ce club permet de pratiquer de la gymnastique au sol, en barres ou en poutre. On peut aussi y pratiquer de la danse ou encore du pilates.

H2O

FAVERGES-SEYHTEHENEX | Ginette Kolinka, rescapée de la Shoah a donné son nom à une école élémentaire

Le 29 Juin 2022

Dans la cour de récréation du groupe scolaire de Viuz, une centaine d’enfants, tous vêtus d’un haut blanc et d’un bas noir, chantent. Si ces enfants chantent ce 28 juin 2022, c’est pour Ginette Kolinka, ancienne déportée d’Auschwitz-Birkenau.

H2O

LA SAMBUY | Jaques Dalex a promis un nouvel audit et des groupes de travail

Le 29 Juin 2022

Ce mardi 28 juin 2022, habitants de Faverges-Seythenex et amoureux de la station de la Sambuy étaient conviés à une réunion publique sur le devenir du site touristique quatre saisons.

H2O

LA SAMBUY | Pressions politiques, opinion publique manipulée : les dés sont-ils pipés ?

Le 28 Juin 2022

Le 12 juin dernier, H2O vous révélait d’étranges manœuvres politiques à propos de l’avenir de la station touristique quatre saisons de la Sambuy, gérée par la ville.

H2O

FAVERGES-SEYTHENEX | Une réunion publique organisée sur l’avenir de La Sambuy

Le 21 Juin 2022

A la suite de l’audit et des récents débats sur le devenir de La Sambuy, la municipalité de Faverges-Seythenex convie les habitants à une réunion d’information.

H2O

FAVERGES-SEYTHENEX | La Sambuy : Après le rassemblement et la présentation de l’audit « J’attends que quelqu’un me dise, j’ai la solution ! » (Jacques Dalex)

Le 17 Juin 2022

Entre 200 et 300 personnes se sont rassemblées ce mercredi 15 juin, en marge d’un conseil municipal privé pour soutenir la station de la Sambuy. A la suite de la réunion, le maire de Faverges Jacques Dalex, la première adjointe Jeannie Tremblay et la directrice de cabinet nous ont reçu et nous ont accordé une interview.

H2O

La Sambuy | « Cette montagne, elle est en nous, c’est notre patrimoine. Et l’on n’a pas le droit de s’attaquer au patrimoine. » (Marcel Cattaneo)

Le 17 Juin 2022

Empêché mercredi soir, c’est de sa propre initiative que le conseiller départemental et ancien maire vient au micro, crier son amour pour le site et son activité.

H2O

FAVERGES-SEYTHENEX | Avenir de la Sambuy : quelle affluence pour le rassemblement de mercredi ?

Le 13 Juin 2022

Au lendemain de nos révélations sur l’avenir de la station communale de la Sambuy, une étonnante vague de réactions s’est répandue tant dans la ville que sur les réseaux sociaux, et un appel à se rassembler pour soutenir la station de la Sambuy a été lancé par une habitante.

H2O
1