Haute-Savoie

HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences

HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences

PUBLIE LE 27/09/2022 par Auriana Castro - 2704 vues

Lancé par France Nature Environnement, le projet CIMaE vise à mieux connaitre les zones humides d’altitude pour mieux les protéger

  • HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences

    © Facebook | Projet CIMaE
    Difficiles d'accès, les zones humides d'altitude sont largement méconnues. Dans la région de Chamonix, seulement 47% sont connues en dehors des réserves naturelles

  • HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences

    © Facebook | Projet CIMaE
    Les conséquences de la sécheresse cet été 2022 ont été sans ambiguïté. Certaines zones sont dès aujourd’hui en danger

  • HAUTE-SAVOIE | Changement climatique : Petits plans d’eaux de montagne et grandes conséquences

    © Facebook | Projet CIMaE
    Le projet CIMaE a misé sur la science participative. Plus de 80 volontaires, naturalistes et pratiquants de l outdoor ont réalisé le protocole sur leur secteur.

En 2021, France Nature Environnement lance le projet CIMaE (Climatic Impact on Mountain Aquatic Ecosystems). Son objectif, étudier l'impact du changement climatique sur les zones humides d'altitude afin de mieux les protéger. Des zones, encore aujourd’hui, largement méconnues qui font pourtant partie des écosystèmes les plus riches au monde…

Sur les massifs, entre forêts et glaciers, se cachent des petites marres, des petits plans d’eaux, qui ne dépassent pas un mètre de profondeur.

A première vue, une toute petite ressource en eau pas très conséquente ni importante… et pourtant ! Ces zones humides de montagnes jouent un rôle primordial. Elles limitent l’intensité des crues, filtrent les eaux et ralentissent les ruissellements. Au contraire, en cas de manque d’eau, elles s’avèrent être des réserves primordiales. Enfin, elles constituent de véritables puits de carbone, trésors inestimables dans la lutte contre le changement climatique. Mais à cause de ce dernier, elles connaissent actuellement un déclin alarmant.

En 2021, Marie Lamouille Hébert, chargée de mission biodiversité et milieux aquatiques chez France Nature Environnement Haute-Savoie et doctorante lance le projet CIMaE. Un projet de recherche, une thèse co-encadrée par l’Université Savoie Mont Blanc et l’INRAE de Lyon. Son objectif, étudier l'impact du changement climatique sur les zones humides afin de les préserver. Marie Lamouille Hébert explique : « Ces milieux sont une grande part des ressources en eau douce de la planète, même si on ne s’en rend pas forcément compte en France. On a une vision un peu particulière, on a des apports en eau très différents. Mais cet été, on a bien vu l’importance de préserver ces petits milieux. »

Cet été de grande sécheresse a comme démontrer, s’il le fallait, une nouvelle fois leur rôle. La chercheuse confie : « « Des élus m’ont contactée, en particulier des élus du Chablais, parce qu’ils ont dû trouver des solutions pour les alpages, pour alimenter en eau leurs élevages. Les zones dans lesquelles ils buvaient habituellement étaient à sec. » Elle poursuit : « Ils se préoccupent : comment faire pour concilier biodiversité et élevage en montagne dans les années qui viennent ? Cette année, j’ai été sur une quarantaine de petites zones en Haute-Savoie, il y en avait 17 qui étaient à sec. […] Il y a des territoires qui sont déjà en tension. »

Des territoires d’ores et déjà en tension alors que les enjeux écologiques, économiques et donc sociétaux sont importants : « Comment [allons-nous] faire pour préserver la biodiversité, qui est là depuis des milliers et des milliers d’années, et les usages économiques qu’on a développés en montagne ?  Parce qu’ils sont totalement à défendre, ils ont un poids sociétal. Et puis, parce qu’aller en montagne c’est un privilège, une chance et une liberté qu’on peut avoir. »

Pour conserver ces territoires le plus longtemps possible, le projet CIMaE s’étend sur quatre années et trois axes. Le premier étant de récupérer un maximum de données. De localiser, classer ces zones humides d’altitudes, d’y analyser les conditions de développement et de vie ou non d’une faune (libellules, amphibiens). Les été 2021 et 2022, 80 naturalistes et pratiquants de l’outdoor volontaires étaient donc sur le terrain, à l’exécution du protocole. Forte de ces jeux de données sur deux étés diamétralement opposés (l’été 2021 ayant été très pluvieux), l’analyse va pouvoir commencer. La réponse des communautés odonates (la famille des libellules) et des amphibiens à différents paramètres (température de l’eau, connectivité…) sera étudiée. Enfin, une modélisation des distributions actuelles et futures des espèces d’altitude sera réalisée de même que le changement possible de localisation de ces zones humides d’altitude. Marie Lamouille Hébert explique : « Si on imagine qu’on a tous ces milieux-là autour d’un point, ce point monte de 55 mètres tous les 10 ans dans les Alpes du Sud. Ce qui signifie qu’à terme, les zones les plus basses vont soit disparaitre, soit elles vont se créer en marge glacière et comme il y a beaucoup de brassage dans ces zones, elles vont se créer puis disparaitre. »

D’où l’intérêt pour la chercheuse de repérer de toute urgence ces écosystèmes afin de pouvoir mettre en place des actions de préservation et de restauration.

« Pour la suite, nous recherchons encore des financements »
A la fin de notre échange, Marie Lamouille Hébert a tenu à dire un mot sur le financement de ce projet.
Un financement qu’elle qualifie de particulier puisque contrairement à la plupart des thèses, celle-ci n’est pas financée par le ministère de la recherche ou par un laboratoire. Pour cause, CIMaE a été monté comme une mission dans le cadre de son travail à France Nature Environnement Haute-Savoie.
Marie Lamouille Hébert est donc allée elle-même chercher les financeurs du projet. Parmi eux pour 2021 et 2022 :  Baud Industries, la Fondation Crédit Mutuel, la Région Auvergne Rhône Alpes, le département de la Haute-Savoie, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne Rhône Alpes et une association de protection des libellules « Sympetrum ».
Si comme le confie la chargée de mission, la plupart continueront d’apporter leur soutien, ce ne sera plus le cas de la région. Pour Marie Lamouille Hébert deux explications justifient ce choix : « D’un point de vue politique, les personnes à la tête de la région pensent que ce ne sont pas les associations de protection de la nature qui vont s’occuper de sa préservation mais peut-être d’autres acteurs du types fédération de chasse ou autres. Ils estiment que nous ne sommes pas les plus compétents. Et puis il y a un autre aspect, on est une association militante, on est à but non lucratif, on est là pour la préservation de la nature et du bien-être de tout le monde au final. Donc il y a des projets qui pouvaient être portés par certaines collectivités auxquels nous nous sommes opposés parce qu’ils étaient contraires à la préservation de la nature. »

Pour la chercheuse, certains élus ne font également pas la différence entre ce qui relève des missions de FNE financée notamment par l’argent public (missions d’expertises, appui aux collectivités, veille environnementale) et les prises de positions militantes de l’organisation (dons, participations des adhérents, goodies…)  Elle confie : « C’est encore difficile à faire entendre à certains. »

Automne 2022, le premier axe de CIMaE se termine, et si le terrain est peut-être définitivement terminé, il y’a encore du chemin à faire d’ici 2024. Pour suivre les avancées du projet, une page facebook : https://www.facebook.com/ProjetCIMaE



Sons liés à cet article

Ecoutez un extrait de l'interview de Marie Lamouille Hébert :


AutreS actualités pour Haute-Savoie :

HAUTE-SAVOIE | Le département va construire la « Haute-Savoie Arena » à côté de Rochexpo

Le 25 Novembre 2022

C’est une nouvelle étape dans la préparation et l’organisation des mondiaux de cyclisme 2027. Le département vient de révéler le site où sera construit le vélodrome jusqu’ici contesté. Un temps pressenti à Reignier-Esery, le complexe multisport s’appelle désormais Haute-Savoie Arena, et sera construit à la place du parking de Rochexpo à la Roche sur Foron.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Constitutionnalisation du droit à l’IVG : les sénateurs haut-savoyards ont voté contre

Le 11 Novembre 2022

Le 19 octobre 2022, la proposition de loi portée par l’écologiste Mélanie Vogel a été rejetée par une courte majorité du Sénat. Une proposition de loi qui visait à graver dans le marbre le droit à l’interruption volontaire de grossesse.

Depuis l’abrogation du droit à l’avortement au niveau fédéral aux Etats-Unis, la constitutionnalisation de ce droit en France est devenue un enjeu central pour beaucoup.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Concession de l’aéroport d'Annecy : deux agents du département entendus par la PJ

Le 07 Novembre 2022

Alors que la procédure exige un degré élevé de confidentialité entre les parties, la plainte déposée pourrait dénoncer une partie de poker menteur, menée par un ou plusieurs cadres du département, pour saborder la candidature d’Edeis.

H2O

HAUTE-SAVOIE | 61 bouquetins tués, annonce le préfet

Le 18 Octobre 2022

Le 17 octobre 2022 marquait le lancement de l’abattage de bouquetins du Bargy sur décision du préfet de la Haute-Savoie. Pendant les deux jours, de l’opération, 61 bouquetins ont été tués. 

H2O

HAUTE-SAVOIE | L’abattage des bouquetins du Bargy a commencé

Le 17 Octobre 2022

Le 14 octobre 2022, le préfet de la Haute Savoie a pris un arrêté autorisant l’abattage de bouquetins sur l’ensemble du massif du Bargy. L’objectif visé par la préfecture : lutter contre la brucellose.

H2O

AURA | L’ensemble des transports régionaux en libre accès ce week-end

Le 14 Octobre 2022

Les réseaux TER Auvergne-Rhône-Alpes, Léman-Express et cars interurbains seront librement accessibles dès ce 15 octobre 2022. Une décision prise par la région Auvergne Rhône Alpes face à la pénurie de carburant que connait la France.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Stations à sec : une soignante en appelle au préfet !

Le 09 Octobre 2022

Inquiétés par les images des files d’attentes devant les stations-services dans les Hauts-de-France, de nombreux automobilistes se sont rués sur les pompes ce samedi 8 octobre 2022.

H2O

PAYS DE SAVOIE | L’Orchestre des Pays de Savoie veut « casser les idées reçues »

Le 07 Octobre 2022

Tétris, Pokemon, Mario ou Zelda, les grands classiques du jeux vidéo entrent cette année dans le répertoire de l’Orchestre des Pays de Savoie. Cette nouvelle saison dévoilée officiellement ce 4 octobre 2022 parie ainsi sur la diversité.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Crèches & Périscolaires : les raisons du malaise

Le 06 Octobre 2022

« Un mépris de trop ». C’est avec ces mots que Julie Marty-Pichon, présidente de la Fédération Nationale des éducateurs.trices de jeunes enfants (FNEJE) et membre du collectif "Pas de bébés à la consigne" décrit cet arrêté.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Mondiaux 2027 : le sénateur Loïc Hervé monte au créneau

Le 15 Septembre 2022

Alors que le tribunal administratif de Grenoble a rejeté le recours de neuf collectifs haut-savoyards contre la candidature aux Mondiaux 2027, et à une semaine de l’annonce de la sélection de l’Union Cycliste Internationale (UCI), le sénateur Loïc Hervé monte au créneau.

H2O
1