Haute-Savoie

LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

PUBLIE LE 12/05/2023 par Lison Bourgeois - 6564 vues

Avec sa bambouseraie d’1,5 hectare à Lornay, Denis Duperthuy souhaite mettre en avant sa passion pour le bambou. Avec des racines traçantes ou non, avec plus de 15 mètres de hauteur ou avec des taches sur les tiges … 100 variétés de bambous sont ici présentées pour les visites et la vente.

  • LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature ! LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

    © Lison Bourgeois
    Denis Duperthuy est le fondateur et le gérant des jardins de Lornay, une bambouseraie d'1,5 hectare.

  • LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

    © Lison Bourgeois
    “On est aujourd’hui la plus grande collection de bambous du sud-est de la France qui est visible au public”, se félicite Denis Duperthuy.

  • LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

    © Lison Bourgeois
    Les jardins de Lornay peuvent donc faire l’objet d’une visite en famille ou entre amis. Mais c’est aussi une pépinière avec des plantes issues du jardin que Denis Duperthuy met ensuite en vente.

  • LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

    © Lison Bourgeois
    “L’objectif ici c’était de trouver des variétés qui se distinguent les unes des autres, pour montrer cette palette d’espèces qui sont disponibles aujourd’hui”, explique Denis Duperthuy.

  • LORNAY | Des jardins qui réhabilitent le bambou comme plante écologique par nature !

    © Lison Bourgeois
    "Il y a les bambous traçants, ceux qui vont s’étaler chez le voisin. Et, au contraire, les non-traçants", détaille Denis Duperthuy.

Habillé d’un boxeur jaune moutarde et d’un pull rouge, les sourcils froncés du jeune garçon de 18 mois qui se tient debout au milieu du jardin familial laisse présager ce que deviendra Denis Duperthuy. Affichée à l’entrée de la première serre des jardins de Lornay, la photo prend aujourd’hui tout son sens pour le gérant de cette bambouseraie. “Oui c’est une photo prise par mes parents, et on voit que j’étais déjà dans les plantes”, décrit le fondateur des jardins de Lornay, sourire aux lèvres. Quelques années plus tard, il renoue avec sa passion en plantant plus de 100 variétés de bambous différentes sur 1.5 hectare au cœur de la Haute-Savoie. Il est aujourd’hui le gérant de cet espace de visite et de vente. Des bambous noirs, jaunes ou verts, chacun se différencie par des caractéritiques bien particulières. “On est aujourd’hui la plus grande collection de bambous du sud-est de la France qui est visible au public”, se félicite-t-il.

Les jardins de Lornay peuvent donc faire l’objet d’une visite en famille ou entre amis. Mais c’est aussi une pépinière avec des plantes issues du jardin que Denis Duperthuy met ensuite en vente. “L’objectif ici c’était de trouver des variétés qui se distinguent les unes des autres, pour montrer cette palette d’espèces qui sont disponibles aujourd’hui”, explique-t-il. Puis il détaille, en désignant les différentes parties du jardin : “On a des bambous géants qui vont atteindre 10 ou 15 mètres de haut. Après il y a des tout petits bambous qui vont stagner à quelques dizaines de centimètres. Et puis il y a les bambous traçants, ceux qui vont s’étaler chez le voisin. Et, au contraire, les non-traçants. Il y a aussi des bambous avec de grosses feuilles qui sont plutôt issus du Japon, et d’autres avec des plus petites feuilles qui viennent plutôt d’Asie continentale. Les tiges peuvent changer de couleur, parfois avec des traits ou des points”.

Aujourd’hui, le bambou est la plante en Europe qui capte le plus de CO2 par m2. Cela représente 30% de plus qu’un arbre, et environ 80% de plus qu’une prairie classique selon Denis Duperthuy. “Il va stocker le CO2 en gardant le carbone et en relâchant l’oxygène. Donc, il dépollue l'atmosphère autour de nous. Toutes les tiges de bambou que l’on voit là sont faites à 90%, presque 95%, de carbone pur”, détaille-t-il. Puis il ajoute : “Donc le bambou transforme tout ce que l’on ne voit pas autour de nous, l’air pollué en tiges de bambous qui sont extrêmement résistantes et très utiles en termes de décoration et d'aménagement. 1 hectare de bambou, ça capte 20 tonnes de carbone dans l’atmosphère chaque année !”. Pour ne pas abîmer ses bambous avec un climat haut-savoyard qui peut facilement amener quelques gels en hiver, Denis Duperthuy a choisi uniquement des espèces issues des montagnes d’Asie (Chine, Himalaya et Japon) ou d’Amérique du Sud (la cordillère des Andes). Sur les 1500 espèces de bambous à travers le monde, il n’y en a que 300 qui résistent au froid. Aujourd’hui, aucun pesticide n’est utilisé dans ces jardins qui produisent donc des bambous locaux !



Sons liés à cet article

Écoutez l'interview de Denis Duperthuy :


AutreS actualités pour Haute-Savoie :

Après l’incendie du gîte du Passant au Reposoir, les deux gérants déjà tournés vers l’avenir

Le 17 Avril 2024

Le gîte du Passant, situé au Reposoir, a été ravagé par les flammes mardi 9 avril, alors que ses deux jeunes gérants, Pierre Rubat et Marceau Fournier, n’étaient pas sur les lieux. Malgré ce nouvel évènement tragique, ils ne comptent pas baisser les bras.

H2O

L'aqua textile, une initiative pour limiter la pollution des sols

Le 26 Mars 2024

Posée non loin du Mont-Blanc, une installation pourrait considérablement changer la qualité de l’eau qui entre dans les sols. L'aqua Textile est un matériau qui tend à se démocratiser.

H2O

Virginie Duby-Muller nommée parlementaire en mission : « C’est un enjeu d'aménagement du territoire en matière de culture »

Le 05 Mars 2024

La députée de la 4e circonscription de Haute-Savoie, Virginie Duby-Muller, a été nommée parlementaire en mission par le gouvernement. Elle tentera de répondre à la problématique de l'ingénierie culturelle en milieu rural. Qu’est-ce que cela signifie ? Elle nous explique.

H2O

Des hélicoptères et plus de 40 personnes mobilisées pour sauver une randonneuse, sa chute « aurait pu lui être fatale »

Le 27 Février 2024

Une course contre-la-montre a eu lieu en ce début de semaine, lundi, pour sauver la vie d’une randonneuse. Blessée et avec un téléphone fonctionnant assez mal, sa survie était mise en péril.

H2O

À Cornier, une réunion pour « l’avenir des communes et des maires »

Le 20 Février 2024

Des élus locaux et nationaux se sont rassemblés pour aborder le sujet des communes rurales, mais aussi de leurs maires. Entre isolement et manque de moyens, plusieurs sujets ont été évoqués.  

H2O

Organisé en soutien à un enfant autiste, Trace d'Espoir, un beau message « dans un monde individualiste »

Le 14 Février 2024

Malgré le manque de neige par endroit et la poudreuse fraîche par d'autres, Trace d’Espoir a eu lieu ce week-end, avec des objectifs et un message important à la clé. 

H2O

La Roche-sur-Foron : après la présentation du vélodrome Arena, ses opposants appellent à manifester ce mercredi

Le 19 Décembre 2023

Le projet de la Haute-Savoie Arena à La Roche-sur-Foron a été présenté lors d'une réunion publique, ce lundi. En désaccord avec ce projet, l’association "Non au vélodrome Arena" organise un rassemblement, ce mercredi, devant la mairie, au moment où doit se dérouler le conseil municipal. 

H2O

HAUTE-SAVOIE | Un épisode de pollution aux poussières du Sahara touche le département

Le 19 Juin 2023

A compter de ce 20 juin 2023, plusieurs départements de la région Auvergnes-Rhône Alpes dont la Haute-Savoie sont placés en vigilance jaune pour un épisode de pollution aux poussières du Sahara.

H2O

HAUTE-SAVOIE | Cancer du col de l’utérus : 90% des cas pourraient être évités

Le 13 Juin 2023

En France, chaque année, près de 3.000 femmes développent un cancer du col de l’utérus et plus de 1.000 en meurent. Il s’agit de l’un des cancers causés par les “papillomavirus humains”. Très fréquents, ces virus se transmettent lors de rapports sexuels

H2O

RUMILLY | La contamination des eaux aux PFAS inquiète au plus haut point !

Le 20 Avril 2023

Dans un communiqué publié mercredi 19 avril au soir, la préfecture de Haute-Savoie recommande de ne pas consommer les poissons pêchés dans les cours d'eau de Rumilly et ses alentours. Le sujet des PFAS, ces composés chimiques perfluorés autrement appelés “polluants éternels", est au centre de l’actualité politique depuis plusieurs semaines dans la commune.

H2O
1