H2O RADIO

CHOISISSEZ VOTRE LOCALISATION




J'accepte l'utilisation des cookies.
Mentions légales et politique de confidentialité.

Annecy

ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

PUBLIE LE 19/06/2022 par Mathieu Hutin - 17072 vues

Le mercredi 26 août 2020 à 11 heures du matin, la psychologue Morgane Nauwelaers était tuée d’un coup de fusil en pleine tête, dans la salle d’attente de son cabinet.

  • ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

    © Témoin H2O | Facebook
    Prise par un passant, la seule image d'Albert Blanc, dans l'ambulance des pompiers. / Morgane Nauwelaers sur son profil Facebook.

  • ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

    © Témoin H2O
    La seule image d Albert Blanc, prise par un passant. L accusé est blessé des deux coups de crosse de fusil donné par le mari de la victime en le désarmant.

  • ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

    © Facebook
    Morgane Nauwelaers son profil Facebook, maman d un garçon d un an et demi au moment des faits.

  • ANNECY | L’assassin présumé de la psy Morgane Nauwelaers devant les assises

    © Archives H2O | Mathieu Hutin
    Une marche blanche avait été organisé par le mari, les amis et les collègues de Morgane Nauwelaers le 24 septembre 2020

Le drame et la stupeur sont encore présents dans les mémoires annéciennes. Le mercredi 26 août 2020 à 11 heures du matin, la psychologue Morgane Nauwelaers, 33 ans, était tuée d’un coup de fusil en pleine tête, dans la salle d’attente de son cabinet, au 68 rue Carnot. Présumé innocent, Albert Blanc, un retraité chambérien de 77 ans en détention provisoire depuis les faits, répond de son assassinat devant la cour d’assisses de la Haute-Savoie dès ce mardi.

Le pédophile qui ne voulait pas être démasqué ?

Depuis les faits, l’homme s’est toujours défendu d’avoir voulu tuer Morgane Nauwelaers.

S’il avait préparé sa visite depuis plusieurs jours, c’était pour lui faire peur et la dissuader de signaler des faits d’attouchements sexuels que l’accusé aurait commis sur sa fille (patiente de Morgane Nauwelaers) et sa petite fille, âgée de 13 ans. Blanc dira ensuite en audition avoir voulu voler l’ordinateur de la psy pour effacer les traces du dossier de sa fille.

L’enquête a démontré que Morgane Nauwelaers avait signalé les attouchements présumés la veille, dans une information préoccupante. Pour ces faits présumés, de nature pédophile, il sera jugé en septembre au tribunal judiciaire de Chambéry.

L’enquête sur la mort de la psy rapporte que l’accusé s’était peut-être dit qu’il allait tirer s’il n’arrivait pas à convaincre.

Le pédophile, qui souffre d’un très grave trouble de la personnalité selon les experts, s’est montré froid et sans remords après le drame et a reconnu avoir tiré volontairement, parce que la victime avait fui. Toujours présumé innocent, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour assassinat (meurtre avec préméditation) et devra se montrer convaincant devant la cour d’assises de la Haute-Savoie, s’il veut éviter la peine maximale.

Un scénario minutieusement préparé

Le jour du drame, peu après 8 heures, le septuagénaire prend son petit déjeuner comme il en a l’habitude, avec son épouse, à son domicile des hauteurs de Chambéry.

Il dit à cette dernière, qui ignore tout du terrible secret de famille et du drame qui va se produire, aller effectuer des travaux dans des logements dont il est propriétaire. En réalité, Albert Blanc cache son téléphone dans les toilettes du studio en travaux, avant de prendre la direction d’une agence de location de véhicules. Agence dans laquelle il a, la veille, réservé une voiture.

Albert Blanc transfère depuis son véhicule personnel et dans la Clio louée, un sac contenant un fusil dont il a pris soin de scier le canon et la crosse, deux plaques d’immatriculation qu’il a volé à Seynod 5 jours auparavant, du white spirit pour décoller l’adhésif qui doit servir à fixer les plaques, un chiffon pour utiliser le diluant et un opinel rouillé pour décoller les plaques. Albert Blanc a également prévu un bonnet et des gants jetables transparents.

Le retraité prend alors la direction d’Annecy. À mi-chemin, il installe les fausses plaques et fini son trajet dans le parking du centre commercial Courier, en ayant pris la précaution de ne pas emprunter l’autoroute.

Albert Blanc se rend au cabinet de Morgane Nauwelaers et de son mari Louis François. Il a repéré l’endroit, en prenant rendez-vous sous une fausse identité, pour se faire expliquer comment rentrer dans l’immeuble et accéder au cabinet. Un rendez-vous qu’il a finalement annulé. Albert Blanc s’était également rendu jusqu’à la porte du premier étage, le vendredi précédent le crime, avec la voiture de sa femme.

Alors que Morgane Nauwelaers allait recevoir la patiente avec laquelle elle a rendez-vous à 11 heures : l’accusé aurait prétexté vouloir prendre un rendez-vous avec elle. Morgane Nauwelaers installe sa patiente en consultation, ressors avec un bloc et un stylo. Sans qu’une réelle conversation ne s’engage, la patiente entendra sa psy crier : « Non ! » et le coup de feu partir. La psychologue vient de recevoir dans la tête, une décharge de plombs du calibre 12 que l’accusé avait caché dans le sac de plage.

Louis François, en consultation dans la pièce d’à côté, sort immédiatement de son bureau et découvre sa femme au sol, touchée à la tête par le coup de feu, mais respirant encore. Il poursuit son agresseur, le rattrape sur le demi pallier et réussi à le désarmer. Le mari et associé de la victime assène alors deux coups de crosse de fusil, occasionnant une plaie de 3 centimètres sur le cuir chevelu d’Albert Blanc qui prend la fuite en direction du parking Courier.

Poursuivi et rattrapé par des témoins, il est finalement interpellé par les policiers au niveau de la caisse automatique du parking et reconnait immédiatement être le tireur. Depuis son arrivée au parking, il s’est écoulé 10 minutes. Dans un état désespéré, Morgane Nauwelaers est déclarée décédée après son transport à l’hôpital.

La volonté de tuer ?

Déclaré responsable de ses actes, Albert Blanc devra expliquer pourquoi il a tiré « sans réfléchir » alors que sa « colère mijotait depuis quelques temps » et que la famille était au bord de l’implosion : les faits d’attouchement sur sa fille et sur sa petite fille (pendant 5 ans) allant être révélés.

À moins qu’il ne se mure dans le déni, comme le laisse entrevoir sa correspondance depuis sa prison ; d’où il écrit à sa sœur « Il a fallu que quelqu’un aille chercher de la boue là où il n’y en avait pas. […] Je n’ai pas supporté cette agression qui aurait affecté les gens que j’aime. […] Les choses ont mal tourné et dans un moment de confusion et de panique, le coup de feu est parti et la personne grièvement blessée. »

On imagine déjà le ministère public s’inquiéter d’une absence de perception de la réalité de la part de l’accusé et faire le lien avec les témoignages du parking qui parlent d’un homme « pas désorienté, lucide, pas choqué, pas troublé, pas affolé. »

Juste avant l’ouverture du procès : à la question de savoir si Albert Blanc avait prévu de tuer Morgane Nauwelaers, le seul à détenir cette réponse, incontestablement, c’est Albert Blanc.

Du beau monde sous les robes

Le procès doit durer 3 jours, et le verdict est attendu ce jeudi 23 juin au soir. La cours d’assise de la Haute-Savoie sera présidée par François-Xavier Manteaux, un nom désormais bien connu du grand public depuis le procès Lelandais.

Le ministère public sera représenté par la procureure de la république d’Annecy Line Bonnet.

Albert Blanc sera défendu par l’avocat grenoblois Pierre Donguy.

Côté parties civiles, Louis François et son fils sont représentés par Marjorie Berruex ; la belle famille de Morgane Nauwelaers par la bâtonnière Anne Delzant ; le(s) patient(s) témoins du crime par la précédente bâtonnière Patricia Lyonnaz.



AutreS actualités pour Annecy :

ANNECY | Fusillade à la gare, un homme gravement blessé par balle

Le 05 Août 2022

Selon plusieurs témoins, une fusillade a eu lieu vers 18h15 sur un quai du pôle multimodal.

H2O

ANNECY | "Le policier municipal a utilisé son arme dans un contexte très particulier." François Astorg, Maire d'Annecy

Le 05 Août 2022

Ce vendredi 5 août 2022 vers 18h15, un policier municipal a été menacé par une arme. Il a fait feu et grièvement blessé un homme.

H2O

ANNECY | 230 activités culturelles et sportives à découvrir avec « Un été à Annecy »

Le 06 Juillet 2022

Le 4 juillet 2022 marquait le lancement officiel de la saison estivale culturelle et sportive de la ville d’Annecy. Avec « Un été à Annecy » la ville propose des rendez-vous loisirs, sports et culture.

H2O

ANNECY | Insolite : Une œuvre d’ « Annecy Paysage » détournée pour le bronzage et la farniente

Le 04 Juillet 2022

Si l’édition 2022 du festival a été inaugurée ce vendredi, pas de drame sur les œuvres d’ « Annecy Paysage » mais un détournement pour le moins insolite a été relevé par la conseillère municipale Séverine Grard.

H2O

ANNECY | L’exposition Vestiges des cimes est à contempler jusqu’au 10 octobre au musée-château

Le 24 Juin 2022

Le musée-château d’Annecy accueille l’exposition Vestiges des cimes. Occupant trois salles, cette exposition s'intéresse à l’archéologie glaciaire.


 

H2O

ANNECY | Nouvelle saison, nouveau programme pour Bonlieu

Le 22 Juin 2022

Bonlieu renouvelle son programme pour cette saison 2022-2023. Après ces dernières années compliquées pour le monde du spectacle, le président, Salvador Garcia a pour volonté de « s’ouvrir à toutes les expressions culturelles du monde ».

H2O

ANNECY | 20 piqûres sauvages à la Fête de la musique

Le 22 Juin 2022

Après une Fête de la musique mouvementée, l’année dernière, la ville d’Annecy comme la préfecture de Haute-Savoie avait décidé de renforcer les mesures de sécurité pour l’édition 2022.

H2O

SEVRIER | L'auteur du coup de couteau contre un cycliste dort en prison

Le 17 Juin 2022

Jugé ce jeudi 16 juin en comparution immédiate, l'agresseur du cycliste, père de famille de 39 ans, samedi dernier, à Sevrier, a été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis probatoire. Il a été incarcéré à l'issue de l'audience.

H2O

ANNECY | Le festival du film d'animation a réinvesti toute la ville

Le 14 Juin 2022

Après deux éditions ayant subi le contrecoup de la crise sanitaire, le festival international du film d'animation d'Annecy revient dans son intégralité en présentiel, jusqu'à ce samedi 18 juin. Cette année, la Suisse mais aussi l'Ukraine sont mises à l'honneur.

H2O

ANNECY | US Pringy : D’une seule voix, les familles des enfants victimes interpellent la justice

Le 10 Juin 2022

H2O se fait le porte-voix des familles des enfants victimes, à leur demande. Deux mamans nous ont remis une lettre ouverte.

H2O
1